Femmes Fières

L'APICULTURE, un savoir ancestral détenu par les femmes du village d'ihandare

DESCRIPTION

La collectivité Boysolghane composée uniquement de femmes a émit le désir de se lancer dans l’entrepreneuriat et monter leur coopérative pour ne plus dépendre des revenus liés au tourisme et atteindre une stabilité financière leur permettant de couvrir les frais liés à la gestion de leur village. Dès nos premiers ateliers de conversation et analyses, nous avons découvert que cette communauté détenait une connaissance ancestrale qu’elle ne pratiquait plus depuis quelques années dû à un manque de matériel: l’apiculture.

Les ressources en thym et romarin de la région d’Er Rich, l’environnement et le savoir faire de ces habitants réunissait assez de conditions favorables pour envisager le démarrage de ce projet. Grâce à leur expérience dans la recherche et l’élevage d’abeilles sahariennes, les habitants du village peuvent rapidement démarrer et distribuer les travaux. Ceux qui ont des connaissances formeront leurs voisins et leur enseigneront leur ancienne méthode qui consiste à élever dans des paniers de roseaux. De plus, l’abeille jaune ou saharienne est considérée comme sacrée chez les Amazigh et le miel est considéré comme une médecine sacrée et est donc utilisé comme traitement. Cette abeille saharienne, en cours de démantèlement, est domestique et endémique en Afrique du Nord. Il supporte le climat continental c’est-à-dire chaud en été et froid en hiver. La particularité de cette abeille est qu’elle économise du miel pendant la mauvaise saison mais a la capacité de parcourir jusqu’à 5 km pour butiner les fleurs. De plus, certains apiculteurs utilisent également des piqûres d’abeille (apipuncture) pour renforcer le système immunitaire et traiter les rhumatismes, la goutte et la dermatose tuberculeuse. 

OBJECTIFS & BESOINS

Le miel de thym étant en demande croissante au nord du Maroc, le projet d’apiculture a un réel potentiel de vente dans les grandes villes telles que Rabat, Tanger ou encore Casablanca et les revenus pouvant être généré répondent amplement aux besoins de la collectivité. 

Cependant, il est nécessaire pour le démarrage du projet qu’elles montent en compétences dans les différents aspects de gestion d’une coopérative et que nous trouvions des fonds pour acheter le matériel nécessaire au lancement de leur activité. Nous avons alors mis en place un crowdfunding en 2017 et grâce aux bouche à oreille, aux partages sur les réseaux sociaux et à la générosité de merveilleuses personnes, avons réussi collecté 2785€ pour démarrer l’activité. 

COÛTS & BÉNÉFICES

Coûts:

Les frais liés au lancement de l’activité apicole s’élèvent à 3000€. Ses frais couvrent l’achat de premières ruches, du matériel apicole nécessaire à l’entretien des ruches. 

Bénéfices:

Le prix du miel de thym s’élève à 200 MAD/Litre au Nord du Maroc. Une ruche a le potentiel de produire jusqu’à 20L de miel par an. Dû aux conditions météorologiques difficiles au cours de ces dernières années, nous envisageons une production moyenne de 100L/an. Les revenus s’élèveraient alors à 20.000 MAD/an.

La vente de miel a le potentiel d’améliorer le niveau de vie des familles et réduira par conséquent leur taux de pauvreté. De plus, grâce à l’argent tiré de la vente, ils pourront subvenir aux besoins de leurs enfants, tels que les soins de santé ou une alimentation équilibrée, et notamment les besoins scolaires. D’un point de vue écologique, ce projet favorise notamment la pollinisation d’arbres et de plantes aromatiques et médicinales comme le thym, le romarin, la pêche, l’abricot, l’amandier, le palmier, etc.

SPÉCIFICATIONS DU PROJET
  • Etablir un planning de formations en collaboration avec notre partenaire Min Ajliki pour des séances de sensibilisation à l’entrepreneuriat 
  • Etablir un planning de formation en collaboration avec notre partenaire Victor Forthomme pour former les femmes aux techniques apicoles
  • Etablir un planning de formation sur les compétences techniques nécessaires au lancement et à la gestion de leurs activités
  • Faire de la prospection des points de vente pour la vente de miel au Nord du Maroc et mettre en place des partenariats
Formation d'apiculture donnée par Victor Forthomme
LIGNE DU TEMPS
  • Février 2016: Premiers ateliers d’identification
  • Avril 2016: Préparation du projet & formations
  • Avril 2017: Lancement du projet d’apiculture
  • 2021: Développement du projet
  • 2022: Création de la coopérative
Résultats obtenus Apres 1an

Grâce à l’argent récolté, nous avons réalisé un investissement initial de 5 ruches dans le but de tester la qualité des ruches vendues dans la région ainsi que la capacité des femmes à les gérer. L’apiculture dans cette région nécessitant des techniques très différentes de celles que nous utilisons en Europe, il était important pour nous de veiller à ce que les ruches disponibles soient adaptées à l’environnement. Après la visite de notre apiculteur Belge, Victor, nous avons découvert que les ruches vendues aux femmes n’étaient pas les plus appropriées pour assurer la meilleure productivité. En conséquence, les ruches n’ont pas pu survivre à l’hiver difficile que le Maroc a connu en 2018 et, même si certaines abeilles ont trouvé la paix dans les ruches, il n’y avait pas assez de production pour commercialiser du miel ou apporter un échantillon à nos donateurs.

IMG_1611 4 copy

Malgré cette première défaite, nous sommes restons motivées et continuons d’investir dans le projet pour aider les femmes à améliorer leurs compétences. Au fur et à mesure de l’avancée du projet, nous nous sommes adaptées pour procéder différemment et augmenter nos chances de réussite pour l’année 2019. Grâce à Victor et à son implication dans le projet, nous avons décidé de nous concentrer sur l’éducation des reines sahariennes. Si Victor parvient à éduquer les reines de la région, nos ruches auront de plus grandes chances de succès et pourra apporter une réelle connaissance complémentaire pouvant être exportée sur tout le territoire marocain.

Avec le montant restant de la collecte, nous investissons dans l’initiative d’éducation des reines ainsi que dans des vêtements et équipements de protection pour assurer la sécurité de tous. Nous améliorerons également les ruches que nous avons déjà achetées afin de réduire un maximum de risques de pertes pendant l’hiver. Depuis le lancement du projet en 2017, les femmes ont produit +100 litres de miel qu’elles ont vendus à des particuliers de la région ainsi qu’au nord du Maroc.